[excursus 6] art et politique : éléments issus du livre de Paul Lidsky « Les écrivains contre la Commune »

Ce livre a paru une première fois chez Maspero en 1970. Nous nous référons ici à la troisième édition, La Découverte, 2010.

Un livre comme celui de Paul Lidsky, les écrivains contre la Commune, nous permet de gagner un temps considérable dans notre enquête sur le romantisme. Car, pour la période de la fin du XIXème siècle, il a déjà résolu une série de questions historiques et philosophiques, concernant la relation entre art et politique. « Pour la période de la fin du XIXème siècle » écrivons-nous. Mais les enseignements de ce texte vont au-delà, en même temps qu’il faudra être prudent dans les conclusions à plus large échelle que nous en tirerons. Lidsky lui-même, dans les Postfaces qu’il a ajouté à son livre au fur et à mesure de ses rééditions, s’est sans doute trop avancé dans l’amalgame de situations hétérogènes, touchant au positionnement des artistes en général et des écrivains en particulier, en période de crise sociale intense.

Mais disons en quoi ce livre est parfaitement éclairant. Ou plutôt, citons.

Sur ce qui concerne les intentions de l’auteur.

[L'] écrasement impitoyable de la Commune indique assez que la société s’est sentie gravement menacée et ébranlée jusqu’en son tréfonds. Il y a eu une véritable panique des « honnêtes gens » menacés par ces « barbares ». Ce sujet va pendant longtemps absorber tous les esprits.

[...]

L’opinion bourgeoisie veut se venger de la peur qu’elle a éprouvée. Elle va accumuler les accusations hystériques et les violences de langage contre les communards.

[...]

Pourquoi choisir un moment violent comme la Commune de 1871? Parce qu’il s’agit justement d’un moment privilégié durant lequel l’écrivain néglige les précautions et la réserve qu’il adopte en temps ordinaire. L’événement sert de miroir grossissant et révélateur. Ce qui, dans une situation normale, n’existe que sous des formes peu apparentes ou voilées, éclate à ce moment là de façon spectaculaire.

p.6-7

Sur ce qui concerne le bilan « littéraire » de cet événement.

À l’exception de Vallès, de Rimbaud, de Verlaine, de Villiers de L’Isle-Adam qui sympathisent plus ou moins avec la Commune, de Victor Hugo qui adopte une attitude de neutralité durant l’événement, puis qui condamne sévèrement les Versaillais lors de la répression, tous les autres écrivains notables prennent position ouvertement contre la Commune, les uns de façon modérée, la plupart avec une virulence qui surprend aujourd’hui.

p.10-11

Sur ce qui concerne la fameuse « critique artiste », définie par Luc Boltanski et Eve Chiapello, et dont nous parlions à notre tour récemment (critique chic 3), en voici une expression représentative, donnée par Leconte de Lisle, suite à son peu de succès (il faillit se faire lapider) auprès des masses ouvrières en mouvement lors de la révolution de 1848 :

« Comment l’artiste ne voit-il pas que tous ces hommes voués aux brutalités de l’action, aux divagations banales, aux rabâchages éternels des mesquines et pitoyables théories contemporaines ne sont pas pétris du même limon que le sien? [...] La grossièreté de leurs sentiments, la platitude et la vulgarité de leurs idées ne le blessent-ils point? La langue qu’ils parlent est-elle semblable à la sienne? Comment peut-il vivre, lui qui était l’homme des émotions délicates, des sentiments raffinés et des conceptions lyriques, au milieu de ces natures abruptes, de ces esprits ébranchés à cou de hache, toujours fermés à toute clarté d’un monde supérieur? »

p. 13-14

Le lecteur trouvera, ensuite, dans ce livre, toutes les pièces complémentaires à la compréhension de ce dossier.

.

Mise à jour 31 mai 2011 : éléments complémentaires dans l’émission « Les écrivains face à la Commune » sur France Culture

 

    Publié dans Excursus Étiquettes , . Retenir le Permalien. Fil RSS de cet article. trackback.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.