[excursus 14] Le sujet et l’objet de la musique

ExcursusNotes en commentaire
de notre récente introduction à la musique

Du rapport entre le sujet et l’objet

Dans de précédentes critiques chics (la 15e, la 4e, d’autres peut-être) nous distinguions objet face au sujet et objet dans le sujet. Cette distinction n’était que méthodique et préliminaire. En fait, ces deux objets sont le même objet.

En effet, il n’y a d’objet face au sujet que dans la mesure où cet objet affecte le sujet, donc l’implique dans la passivité de sa subjectivité en propre — c’est-à-dire dans l’objectivité de sa subjectivité.

Rappelons que dans notre lexique, hégélien, le sujet se caractérise par l’activité, l’objet par la passivité, et que l’un implique immédiatement l’autre, synchroniquement. Ainsi l’on peut écrire que le sujet passif est le sujet dans son objectivité, et inversement, que l’objet actif est le sujet dans sa subjectivité.

Cette équation peut, en termes ramassés, être énoncée ainsi : il y a identité du sujet et de l’objet.

Pour rejoindre notre propos sur le temps et l’espace de la musique

De même que le joueur joue le morceau (est actif) et l’écoute (est passif), l’auditeur l’écoute (est passif) et la ressent dans un parcours. Il n’y pas lieu de considérer la contemplation comme passivité pure. Nous ne disons pas que l’interprète est identique à l’auditeur et inversement, l’auditeur à l’interprète. Pour mille raisons empiriques (pas la même oreille, pas la même expérience du morceau, l’un joue l’autre non…), l’un et l’autre entendent différemment la musique présente. Mais cette différence est seconde par rapport à ce que l’un et l’autre ont de commun : être sujet, c’est-à-dire être actif en même temps qu’objet, c’est-à-dire passif.

Le temps et l’espace produits par la musique sont donc immédiatement vécus par le sujet, un sujet qui pâtit, est passif, reçoit. Bien sûr, pendant, la musique, le sujet ne fait pas que pâtir : qu’il soit musicien ou auditeur, il est actif, ou bien en jouant le morceau ou bien en pensant, s’interrogeant, riant, passant d’une émotion à l’autre, bref, en traversant différents registres de l’activité contemplatrice. En cela, l’expérience musicale est à la fois subjective et objective. L’objectivité du sujet, la subjectivité de l’objet sont la condition de l’exercice musical présent. L’un et l’autre moment, la passivité et l’activité, sont tous deux impliqués, sans discontinuer.

Cependant que le mouvement de la métaphore, nous l’avons vu, invoque le passé du sujet. C’est donc aussi bien la genèse objective et subjective du sujet qui est la condition de l’esthétique présente. Alors la question se pose dans toute sa mesure : quel est ce passé mis en forme par la musique, condition du mouvement, de l’émotion, du ressenti que cette mise en forme produit?

 

    Publié dans Excursus Étiquettes , , . Retenir le Permalien. Fil RSS de cet article. trackback.

    3 Responses to [excursus 14] Le sujet et l’objet de la musique

    1. Pingback: {La critique c’est chic} {excursus} la musique, son sujet, son objet | Bloc notes

    2. Pingback: La critique c’est chic ::: excursus ::: le sujet et l’objet de la musique | Samuel ZARKA

    3. Pingback: Actualités | Samuel Zarka Data Base

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.